aquariophilie, aquariums,poissons d'aquariums,
Connectez-vous S'inscrire
Recherche

 

s'identifier
 









Les méduses de Nomura , ces méduses géantes qui envahissent les eaux du Japon ...



Les méduses de Nomura , ces méduses géantes qui envahissent les eaux du Japon ...
Les méduses géantes envahissent la mer du Japon. Depuis 2002, ces monstres de 200 kilos sans cerveau, ni os, ni sang menacent les écosystèmes et empoisonnent les poissons.
Alors que cette migration massive ne se produisait que tous les 40 ans, elle est désormais annuelle.
Un navire spécial surveille les eaux japonaises, repère les bancs et les tuent dans des filets adaptés.
Mais lorsque les méduses sont piégées et sur le point de mourir, elles libèrent leur semence.

Des scientifiques étudient en laboratoire leur comportement lors de la reproduction afin d'enrayer l'accroissement de leur population... Apparues en masse sur les côtes du Japon depuis le début des années 2000, ces méduses de l’espèce Nemopilema nomurai peuvent atteindre 2m de diamètre pour un poids dépassant les 200 kg.

Avec ce gabarit de lutteur de sumo, les méduses géantes endommagent les filets des pêcheurs lorsqu’elles s’y prennent. Les chercheurs japonais ont donc lancé une campagne de suivi afin de déterminer à quelles profondeurs se trouvaient le plus souvent les méduses. L’objectif est de permettre aux pêcheurs de vivre en bonne intelligence avec les méduses en positionnant leurs filets aux profondeurs les moins fréquentées par ces cnidaires géants.

Au total, une dizaine de méduses mesurant plus de 1m de diamètre ont été équipées de balises Argos. Celles-ci enregistrent les variations de profondeur pendant une durée déterminée avant de se détacher pour remonter à la surface et transmettre leurs données aux satellites du réseau Argos. Ces informations sont ensuite traitées par CLS, filiale du CNES, avant d’être distribuées aux utilisateurs scientifiques.

L’étude a mis en évidence des variations de profondeur de nage à la fois liées à l’alternance jour/nuit mais aussi aux saisons, auxquelles s’ajoutent des migrations du nord au sud de la mer du Japon entre l’hiver et l’automne.


durée de la video 20 mn  

voir la version intégrale : accès abonnés ( 8 points )
ou
 

C'est une des plus grandes méduses connues, d'une taille proche de la méduse Cyanea capillata, le plus grand cnidaire connu dans le monde qui mesure jusqu'à 2,3 m de diamètre. La couleur du corps est bleuté translucide et les tentacules sous-jacents sont jaunâtres chez les individus jeunes, brunâtres quand ils sont plus âgés.

Sa taille atteint deux mètres de diamètre et son poids 220 kg

La méduse de Nomura vit originellement dans les eaux marines de Chine et du Japon, principalement en mer jaune Mer jaune et en Mer de Chine orientale. En 2008, son écologie est encore mal connue. Des balises sont attachées à ces méduses pour mieux connaître leur cycle de vie et leurs déplacements.

Reproduction
Les œufs, une fois fécondés, produisent de petits animalcules qui le laissent emporter par le courant, puis coulent pour s’accrochent aux roches et formations de corail. Plus tard, quand les conditions seront favorables, ces créatures se détacheront de leur support par millions et deviennent peu à peu - pour celles qui auront échappé à leurs prédateurs - de grosses méduses dont certaines atteindront et dépasseront les 2 mètres de diamètre.

Le polype de cette espèce a aussi la particularité de pouvoir se dédoubler une fois fixé ce qui explique aussi leur pullulation.

Impacts sur l'Homme
Sa piqûre est très douloureuse mais son venin est à priori peu toxique pour l'Homme. Néanmoins, certains cas se sont révélés mortels chez des individus fragiles à cause d'un choc anaphylactique.
Par précaution, les pêcheurs locaux (personnes les plus exposées à des piqûres) portent des lunettes et une combinaison de protection.



CNES & Manhattan NYC Productions

l'aquarium à l'école | Conférences | Infos & Evènements | Actualités | Recherche & Innovation | Espace Clubs ( rubrique réservées aux clubs ) | les revues aquariophiles | Decoration & Amenagement | Trucs & astuces | Pêche & Aquaculture | Développement Durable | biodiversité | Chimie et Geobiologie | l'eau | les plantes aquatiques | les poissons d'aquariums | crevettes & crustacés | Reproduction | maladies et médicaments | Kois & bassins | Conseils | eau de mer & récifal | Eclairage | Filtration | Alimentation | Chauffage | Voyages et Découvertes | les poissons d'amérique du sud | les vivipares | les cichlidés | les labyrintidés | les poissons d'eau saumâtre | les killies | je débute | terrariophilie | la galerie marchande | bandeaux aquariomania | videos des internautes | questions pratiques | presse | rubrique rédacteurs | la rubrique à Gil











biodiversité

biodiversité

les coleoptères : palpeurs des évolutions geologiques

le grebe amoureux

l'anguille, ce poisson commun pourtant encore très meconnu serait en voie de disparition mais un plan de sauvegarde est en cours ...

Connaissez vous le macropinna , le poisson à la tête transparente ...

L' aventure de la vie des poissons

Le krill (Euphausia superba) plonge plus profond que les baleines

Incroyable Amazonie

L'hypnose des requins ( tonic immobilty reflex )

L'année du Dugong dans le pacifique ...

Les méduses de Nomura , ces méduses géantes qui envahissent les eaux du Japon ...












 

Flux RSS

Dev Durable

Développement Durable

classification du vivant : mais où sont passés les poissons ?

et si les poissons étaient doués d'émotions ... ( L’étonnante vie émotive des poissons )

Les noms d'espèce : comment ne pas y perdre notre latin?

L'aquariophilie est elle un art?

Un monde plus chaud pourrait signifier moins de poissons

video 6 mn : Le jardin Bio d'yves et yannick qui nous livrent quelques un de leurs secrets  €

Le déclin de la chimie dans les sciences du vivant, le prochain défi de l'aquariologie?

Introduction à l'étude de l'aquariologie expérimentale ou critique de l'empirisme aveugle dans une science potentielle.

Le Pantanal Mato grosso, patrimoine mondial de l’humanité en danger.

L’un des derniers grands massifs forestiers de la planète, situé sur l’île de Bornéo, disparaît dangereusement.