citron vert sur l'arbre

Citronnier en pot, idéal pour une culture facilitée.

Jardin / Exterieur

Le citronnier est arrivé au XII°siècle sur nos côtes, c’est l’agrume le plus cultivé en France, mais loin d’être le plus résistant au froid !  Tous les agrumes peuvent être cultivés en pot…Les fruits regorgent de vitamine C. Découvrez tous nos conseils pour réussir à cultiver votre citronnier (ou tout autre agrume) en pot.

Origine et morphologie

Originaire des Indes et de Chine, les citronniers comme tous les agrumes sont de petits arbres aux feuilles persistantes (sauf les Poncirus).

Les fleurs sont blanches, odorantes, de mars à juillet. La pollinisation est assurée par le vent et les insectes.

Leurs fruits constituent leur principale originalité, en effet on ne connaît pas d’autres fruits ayant des quartiers remplis de petites vésicules très juteuses. Comme tous les agrumes, le citron est mangeable, il est le champion de la vitamine C. Les fruits mûrissent de novembre à mars, soit de 7 à 10 mois pour que la fleur se transforme en fruit mûr. Le froid lié aux variations de luminosité favorise la coloration des fruits.

L’enracinement est superficiel, ce qui explique sa sensibilité à la sécheresse. 

Les citronniers et agrumes ont plusieurs pousses par an, la plus forte au printemps dès que les températures dépassent les 12° C.
Les rameaux ont souvent des épines, et les feuilles sont de forme variée selon l’espèce.

Il existe de nombreuses variétés de citronnier, aux fruits et feuilles de couleurs différentes :

  • Eureka” le plus cultivé au monde, il porte des fleurs et fruits 8 mois sur 12 c’est le “4 saisons”
  • Meyer”: 2 époques de floraison, la peau et la pulpe orangée est moins acide que le citron jaune; de taille modérée, il est idéal en pot.
  • Femminello” d’Italie, il existe plusieurs mutations
  • Fino”’ d’Espagne, les fruits se développent à l’intérieur des branches, intéressant en pot.
  • citronniers panachés : “Albovariegata” et “Aureomarginata”, feuilles et fruits sont de plusieurs couleurs

Vous trouverez chez les spécialistes d’autres variétés et d’autres agrumes : Cédrat, Main de Bouddha, Combava, Lime acide ou douce, Bergamote, Kumquat, Mandarine, Orange, Calamondin, Pamplemousse et Pomelo…

citrons jaunes et branches

Besoins et soins

Tous les agrumes doivent être cultivés en extérieur, c’est là qu’ils trouvent la luminosité et l’hydrométrie qu’il leur faut. Dans les régions à hiver doux, ils peuvent être plantés en pleine terre; mais dans les autres régions, seule la plantation en pot est envisageable afin de les rentrer à l’abri du gel. 

Protection contre le gel

Le citronnier ne peut résister que jusqu’à des températures de – 4°C à – 6°C, mais les jeunes pousses, les fruits et les jeunes arbres commencent à souffrir avant. Certaines variétés sont plus résistantes (“Meyer”), le porte greffe a aussi son importance, Poncirus trifoliata apportera plus de résistance.

La culture en pot vous permettra de rentrer votre citronnier dans un local non chauffé mais lumineux. En effet on évitera les pièces chauffées : l’ambiance trop sèche serait fatale. Seul le Calamondin “oranger d’appartement” supporte la sécheresse d’un appartement.

Le pot

La culture en pot nécessite  :

  •  le renouvellement régulier du substrat,
  • des arrosages abondants 
  • des apports d’engrais réguliers

L’arbre aura toutefois un développement moins important et moins de fruits.

Le pot en plastique est bien adapté aux citronniers et aux agrumes, il garde une certaine humidité et n’est pas trop lourd. Il devra avoir plusieurs trous de drainage au fond, car l’eau doit circuler, les racines étant sensibles à la pourriture. Il devra être large au col, pour faciliter le dépotage des racines qui s’étalent en surface. Prendre une taille 2 à 4 fois égale au volume de la motte.
Vous pouvez le mettre dans un cache pot décoré, plus lourd, qui stabilisera le pot en plastique et le protègera des grosses chaleurs.
Éviter les pots à réserve d’eau et au col rétréci.

Le rempotage

Le substrat doit être suffisamment lourd pour tenir la plante et retenir l’eau mais aussi aéré pour que l’eau circule et que l’enracinement soit rapide et suffisant : 70% de terreau et 30% de terre franche (venue de votre jardin), vous pouvez ajouter de la pouzzolane pour aérer et retenir l’eau et des matières organiques (fumier, compost). Le pH doit être neutre ou légèrement acide (6 à 7).
Attention les agrumes et citronniers n’aiment pas le calcaire aussi bien pour le pot que la terre et l’eau d’arrosage : risque de chlorose. Vous pouvez alors ajouter de la terre de bruyère ou de la tourbe au terreau pour l’acidifier.
La période de végétation, de mars à septembre, est idéale pour le rempotage, qui se fera tous les 2 à 3 ans. Recouvrez la motte de 2 cm de terre pour qu’elle ne sèche pas.

L’exposition

Le citronnier, comme tous les agrumes, a besoin de beaucoup de soleil, et d’être à l’abri du vent qui assèche le substrat, déshydrate les feuilles ainsi que les fruits et les abîme, et fait baisser la température.

L’arrosage

L’arrosage est indispensable, votre citronnier ne devra jamais manquer d’eau, en hiver non plus !
Car son feuillage étant persistant, il évapore de l’eau toute l’année et les fruits se gorgent d’eau en hiver pour achever leur maturité. Il ne devra cependant pas avoir les pieds dans l’eau en permanence, les racines pourraient s’asphyxier et pourrir.

  • De mars à octobre : arrosage important 3 à 7 fois par semaine
  • D’octobre à mars : 1 à 3 fois par semaine

L’eau, pas trop froide et de pluie de préférence, doit bien imbiber la motte et s’écouler par dessous.
Le climat, la nature du substrat, et du pot (plus ou moins rétenteur d’eau), la grandeur (de l’agrume et du pot) modifient la fréquence et les quantités d’arrosage.
Arroser près du tronc les premiers temps après le rempotage car les racines non pas encore colonisé tout le pot… sans toutefois mouiller le tronc pour éviter les maladies.

La fertilisation

L’hyperactivité des agrumes nécessite un apport régulier de nutriments. La fertilisation dépendra de la nature du sol, et des besoins de la plante.
De mars à octobre, les citronniers et tous les agrumes ont un besoin important d’azote (N), d’acide phosphorique (P), de potassium (K) et d’oligo-éléments (fer, magnésium, calcium…)
De plus, un apport de fer sous la forme EDDHA (antichlorose) est recommandé surtout dans les sols calcaires pour éviter le jaunissement des feuilles et aider à l’assimilation des engrais.
Un agrume jeune aura besoin de plus d’azote pour la pousse, qu’un adulte qui nécessite plus de potasse pour les fruits.

On trouve de plus en plus d’engrais naturels :

  • minéraux, extrait de carrières, l’azote se diffuse plus rapidement
  • organiques issus de matières animales ou végétales en poudre, granulés ou liquide.

On peut utiliser les deux en commençant par le minéral sur de jeunes plants.

Il existe aussi de engrais minéraux “enrobés” qui sont très pratiques pour votre citronnier ou agrume en pot, car ils libèrent l’engrais sur plusieurs mois. Cependant, comme vous ne savez pas comment a été fertilisé votre nouvel agrume, il faut le doubler d’un engrais en poudre ou liquide les premiers mois.
Dans tous les cas respecter les dosages et mettre l’engrais sur un sol humide.

Pour un agrume jeune, il faut favoriser la pousse donc un engrais riche en azote (N). Pour un arbre adulte, le taux d’azote (N) doit être plus faible que la potasse (K) pour favoriser la fructification, et limiter la croissance.
Un forum sur les agrumes recommande “Algoflash géranium” longue durée : NPK 16-8-12 avec oligo-éléments… mais on peut aussi trouver un engrais agrumes NPK 17-5-19 avec oligo éléments.
Le citronnier est le plus exigeant des agrumes, en fertilisation. 

La taille

Tant que votre citronnier ou votre agrume n’a pas atteint la dimension désirée, il faut faire une taille de formation, pour structurer la charpente : en boule, en buisson, palissée, sur tige haute ou basse, le choix vous incombe.

Le citronnier a tendance à émettre des jets très vigoureux : la taille est indispensable pour le forcer à se ramifier. Il a 4 à 5 périodes de pousse de février à novembre, qui durent de 3 semaines à 1 mois. Dès que la nouvelle pousse a achevé sa croissance (les feuilles ont durci et sont plus foncées) il faut tailler au-dessus d’un œil, en gardant environ 20 cm de tige.
Les premières années, on taille donc 4 à 5 fois de mai à septembre dans l’idéal et 2 fois au minimum. Désinfecter les lames bien affûtées, du sécateur, à l’eau de Javel ou à la flamme pour éviter de transmettre une maladie.
Il faut supprimer les repousses du porte-greffe.
Lorsque le citronnier sera bien formé, une seule taille par an suffira à la sortie de l’hiver.
Il est conseillé de désherber, de biner et de pailler pour maintenir le substrat propre, aéré et maintenir l’humidité du sol.

Ravageurs

Les escargots et les limaces sont les ravageurs les plus voraces pour votre citronnier  et tous les autres agrumes en pot : ils adorent les jeunes feuilles, les fleurs et même les fruits… attention en rentrant vos pots pour l’hiver. Pensez à effectuer un ramassage et ajouter des granulés pour lutter contre ces gourmands.

Insectes piqueurs-suceurs

Ils sucent la sève et inoculent des substances toxiques qui ralentissent la croissance de votre citronnier ou de votre agrume et entraînent le dépérissement des rameaux.
Ils sécrétent du miellat (liquide collant) qui attire les fourmis, guêpes et abeilles, et qui se couvre de fumagine (champignon noir), ce qui diminue l’assimilation de la chlorophylle par les feuilles.
Lutter dès que possible par des pulvérisations à base d’huile ou d’insecticide, à renouveler régulièrement. On peut faire des traitements préventifs à la sortie de l’hiver.

  • Cochenilles de différentes sortes : asiatique, australienne, farineuse ou à carapace
  • Pou rouge de californie : décoloration des fruits
  • Aleurodes ou mouches blanches: elles pondent au revers des feuilles
  • Cicadelle blanche : semblable à l’aleurode
  • Araignées rouges ou autre acariens : minuscules, ils attaquent feuilles et fruits
  • Pucerons : présents au printemps, noirs, jaunes ou verts et même ailés.
  • Mineuse des agrumes : minuscule papillon qui pond ses œufs au revers des feuilles, les larves y creusent des galeries. Pulvériser un insecticide spécialisé + huile blanche.
  • Teigne : papillon nocturne qui pond sur les boutons floraux. Beaucoup de dégâts sur citronnier, cédrat, kumquat. Traitement en début de floraison.
  • Fumagine : champignon noir qui se développe sur le miellat, laver à l’eau savonneuse ou traiter à l’huile blanche.
  • Mouche du fruit ou méditerranéenne : noir ou jaune, elle pond ses oeufs dans les fruits, aucun prédateur, pas de traitement, utiliser des pièges attractifs et détruire les fruits atteints.

Maladies

Il est plus facile d’éliminer les ravageurs que de traiter les maladies qui touchent un citronnier ou un agrume. Prenez soin de vos agrumes : fertilisation équilibrée et aux bons moments, irrigation permanente et régulière, acquisition de plants sains et désinfections des outils de taille.

  • GOMMOSE : suite à une attaque d’insectes, de champignons ou une blessure, le citronnier ou agrume exsude de la sève. Il dépérit peu à peu. Ôter la gomme en raclant la plaie et pulvériser du sulfate de cuivre ou un fongicide.
  • EFFETS DU GEL : le bois peut éclater… pulvériser du sulfate de cuivre pour éviter les champignons. Les fruits restent sur l’arbre mais brunissent et sont impropres à la consommation. Les feuilles brunissent mais tombent rarement.
  •  MANQUE D’EAU : les feuilles pendent et tombent sans sécher, les petits fruits ne tiennent pas sur l’arbre.
  • TRISTEZA : transmis par les pucerons et les outils de taille, l’arbre dépérit après le flétrissement de la frondaison. Le citronnier n’est pas affecté. 
  • MAL SEC ou MAL SECO : un champignon obstrue les canaux de sève de l’arbre qui dépérit. Affecte surtout le citronnier. 
  • EXOCORTIS : viroïde transmis par la taille ou des greffons infectés, l’écorce du porte-greffe s’écaille sous le point de greffe, le feuillage jaunit et l’arbre dépérit.
  • CHANCRE CITRIQUE ou “citrus canker” : bactérie qui provoque la chute prématurée des feuilles et des fruits, maladie contagieuse : brûler les arbres atteints.
  • PHYTOPHTHORA : champignon qui se développe en période de forte chaleur après la pluie, s’introduit par des blessures. L’ambiance confinée d’une serre est propice à son développement. Aérer, sulfate de cuivre ou aliette en cas de forte humidité.
  • CHLOROSE : jaunissement des feuilles, carence en fer assimilable dans un substrat trop calcaire,  au Ph trop élevé, dû également à l’excès d’eau ou le manque de luminosité. Traitement à l’anti-chlorose régulier.
  • MONILIOSE : pourrissement des fruits dû à un champignon, traiter à la bouillie bordelaise à l’automne et en hiver, 2 à 3 fois à 15 jours d’écart. Jeter à la poubelle les citrons et fruits atteints, surtout pas au compost.

Pour conclure, je vous conseille le livre “Agrumes de B. et M. BACHES” qui sont producteurs et spécialistes des agrumes. Plein de bons conseils, il vous facilitera la culture de votre citronnier en pot…. ou de tout autre agrume que vous allez adopter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *